Guide et conseils

Tout ce qu’il faut savoir avant d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger

Que ce soit par obligation ou par choix économique, ouvrir un compte bancaire à l’étranger peut être nécessaire. Mais pas si vite, voici les points essentiels à savoir avant d’aller plus loin !

Est-il possible d’ouvrir un compte dans un autre pays sans y résider ?

La réponse est oui. En fait, il est bel et bien légal d’ouvrir un compte bancaire à l’étranger. D’ailleurs, les Français ont la possibilité d’ouvrir en toute liberté des comptes bancaires au niveau de l’Union européenne ou hors UE. Il existe cependant des pays privilégiés permettant de profiter des conditions bancaires avantageuses si la sélection est libre, bien entendu. Cependant, les banques de son choix ne sont pas contraintes d’accepter la demande d’une personne souhaitant ouvrir un compte. En d’autres termes, elles ont tout le droit de refuser ou d’accepter. Même si toutes les pièces justificatives sont déjà réunies, les établissements peuvent refuser d’accorder la demande sans se justifier.

Pour quelles raisons faut-il ouvrir un compte bancaire à l’étranger ?

Dans le cadre d’un court séjour à l’étranger comme une mission professionnelle ponctuelle ou un voyage personnel, y ouvrir un compte bancaire n’est pas obligatoire. Cependant, cela peut être une solution à la fois pratique et économique. Par ailleurs, dans le cas d’une expatriation, il est préconisé de posséder un compte à l’étranger. Cela permet de profiter des moyens de paiement du pays d’accueil et aussi de faciliter le règlement des dépenses quotidiennes comme le téléphone, l’électricité ou le loyer. C’est également la possibilité d’y domicilier son salaire.

Quels critères prendre en compte pour bien choisir sa banque à l’étranger ?

Quelle que soit la raison de l’ouverture d’un compte bancaire à l’étranger, il ne faut pas sélectionner à l’aveuglette sa banque. Effectivement, il est nécessaire d’évaluer un certain nombre de points avant d’opter pour qui que ce soit. D’abord, il faut observer à la loupe les caractéristiques du fonctionnement de l’établissement envisagé. Puis, il faut se renseigner sur le moyen de paiement : chèque ou e-carte ou carte bancaire. Il est de même judicieux de récolter des informations sur les services supplémentaires comme la possibilité d’une souscription à une assurance. Le système de virement entrant et sortant ainsi que le frais de gestion ne sont pas non plus à prendre à la légère.

Il faut savoir en outre que de plus en plus de banques françaises ont des filiales à l’étranger. Consulter ces établissements pourra être d’une grande aide pour faciliter les démarches. De plus, il existe des enseignes dont l’objet d’existence est plus particulièrement de répondre aux besoins des expatriés. Ces banques font profiter leurs clients d’une gratuité des retraits d’espèces partout dans le monde, des tarifs de faveur sur les transferts et les virements internationaux et aussi des comptes en devises.

Bien se renseigner sur le système bancaire du pays d’accueil

Il faut mettre en tête que le fonctionnement du système bancaire d’un autre pays n’est pas forcément le même que celui de son pays d’origine. Effectivement, la fiabilité des enseignes, les moyens de paiement ou encore les produits mis à la disposition peuvent différer d’un État à l’autre. Alors que l’Union européenne a tendance à uniformiser les systèmes bancaires au niveau de tous les pays membres, hors UE, la législation semble souvent différente selon le pays. Cela signifie en d’autres termes qu’il est nécessaire de bien se renseigner sur le dispositif bancaire du pays de son choix. Dans ce cas, consulter les forums d’expatriés ne ferait pas de mal. On pourra y trouver des renseignements et des informations précieux.

Connaitre les frais liés aux transferts de fonds

C’est bien connu, le coût des transferts de fonds à l’étranger varie selon le pays, mais aussi en fonction de la devise utilisée. Par exemple, au niveau de l’Union européenne, les transferts de fonds d’un pays membre à l’autre ont le même coût qu’un virement domestique en ce qui concerne le virement SEPA. Mais à l’extérieur de l’UE, les prix peuvent paraitre très variables. D’une façon générale, le coût de transfert est composé de la commission et des frais de change qui sont proportionnels au montant transféré. Certaines enseignes appliquent même des frais de réception. Il convient de noter en outre qu’opter pour un courtier en devises permet de transférer de l’argent à un prix raisonnable.

Quels sont les documents à fournir ?

Les procédures d’ouverture d’un compte bancaire à l’étranger varient certainement d’un pays à l’autre. Au sein d’un pays même, les modalités ne sont pas nécessairement les mêmes auprès de chaque banque. Le plus souvent, les personnes concernées doivent fournir un justificatif de domicile et une pièce d’identité. Cependant, d’autres documents supplémentaires peuvent être requis selon l’établissement. Cela peut être un permis de séjour, une lettre de recommandation bancaire, une copie de son acte de naissance ou encore une lettre de l’employeur. Il est donc nécessaire de récolter le maximum d’informations après avoir choisi sa banque à l’étranger.

Conséquences fiscales de l’expatriation : un détail à ne pas négliger

Le fait d’être expatrié fiscalement peut avoir des répercussions sur les placements ou les comptes conservés dans son pays d’origine. En effet, il existe des produits d’épargne conçus spécifiquement pour les résidents. De la sorte, les personnes qui deviennent non-résidentes fiscales sont obligées de déclarer le changement auprès de leur banque. Dans ce cas, les placements peuvent être clôturés. Et dans le cas où le statut fiscal ne change pas malgré l’expatriation, il faudra alors déclarer son compte bancaire à l’étranger.

Faut-il conserver son compte bancaire en France ?

Être titulaire d’un compte bancaire à l’étranger n’exige en aucun cas la fermeture de son compte bancaire français. Bien au contraire, il est vivement conseillé de conserver ce dernier. C’est très pratique, notamment pour les personnes qui doivent envoyer ou recevoir de l’argent de la France. D’ailleurs, si le séjour à l’étranger est limité, avoir un compte est très intéressant au moment de rapatrier.